Mot de passe oublié ? Cliquez ici

Pas encore de compte ? S'enregistrer
Me connecter

Caterham 1400 K

Production : 1991
Tarif : 20 825 €
Moteur : Rover K
Cylindrée : 1 397 cm3
Alimentation : Injection
Alésage x course : 79 x 75 mm
Puissance : 104 cv à 6000 tr/min
Couple : 127 Nm à 5 000 tr/min
Vitesse maxi : 166 km/h
0 à 100 km/h : 6,8 s
Poids : 576 kg

Elle apparait en 1991 dans la gamme Caterham pour remplacer les blocs Ford Crossflow qui ne sont plus disponibles et répondre aux nouvelles normes anti-pollution de l’époque. C’est donc le bloc Rover K-Séries de la Métro 1400 GTI 16S de 104 cv qui est choisi pour sa modernité et sa légèreté car tout en aluminium. Son implantation dans le châssis de la Caterham évolue aussi, il est en position reculée par rapport à ses prédécesseurs. La 1400 K sera disponible en version catalysée (en option) ou non.

Caterham 1400 K Super Sport

Production : à partir de 1993
Tarif de base de l’époque : 22 425€
Moteur : Rover K
Cylindrée : 1.397 cm3
Alésage x course : 79 x 75mm
Taux de compression : 10,0:1
Puissance : 128 CV à 7.400 tr/min
Couple : 136 Nm à 5.000 tr/min
Alimentation : injection électronique
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 5,9 s
0 à 160 km/h : 20,8 s
400 m d.a. : 14,6s
Poids : 576 kg

Premier modèle des Caterham Rover équipés de la « série K », il apparaît dans la gamme Caterham en 1991. La 1400 K reprend le moteur de la Metro GTI. 2 ans plus tard, en 1993, la version Super Sport est proposée avec une puissance proche des 130 cv à 7.000 tr/min (rupteur à 7800 tr/min). La nouvelle boîte 6 vitesses Caterham disponible en 1995 permet de transfigurer le caractère du petit 1400 en gardant couple et puissance en permanence. A noter : c’est sur la 1400 K que sont montés les premiers amortisseurs Bilstein.
En 1996 une série limitée Roadsport limitée à 30 exemplaires fait son apparition avec des jantes anthracites, des ailes avant et protections d’ailes arrière en carbone, un arceau de la couleur de la carrosserie jaune ou verte. Cette version rencontre un franc succès et sera qualifiée par la presse de l’époque de « petite JPE ».

Caterham 1600 K

Production : 1996 à 2006
Tarif de base : à partir de 27.000 GBP (en UK)
Moteur : Rover
Cylindrée : 1.588 cm3 Alésage x course (mm) : 79 x 80
Puissance maxi : 117 CV à 6.000 tr/min
Couple maxi : 145 Nm à 5.000 tr/min
Alimentation : Injection électronique
Vitesse maxi : 174 km/h
0 à 100 km/h : 6,2s 400 m d.a. : 15,4s
Poids : 560kg

La « seize-cent-K », comme on l’appelle souvent, est sans contexte la plus répandue en France, où elle a été importée régulièrement, et aussi celle qui a fait les belles années de Caterham. La série K démarre en 1991 avec le 1.400 cm3, puis en 1996 apparaîtra le 1.600 cm3, moteur provenant de la Rover 200 lancée en 1989. Jusqu’en 2006 où le moteur Ford Sigma prendra le relais, c’est plusieurs milliers d’exemplaires qui seront fabriqués et vendus. Cette motorisation sera aussi utilisée pour la Coupe Caterham France. Après une utilisation en piste, ces versions « cup » se trouvent souvent à nouveau « civilisées » pour aborder une deuxième vie, sur la route. On reconnaît les « Cup » à leur train avant large, leur pont autobloquant, leur « Apollo tank » et un calculateur souvent encore plombé. Le moteur 1600. Le moteur Rover 1600 est quasi increvable, il est bien plus simple mécaniquement que le VVC qui équipe sa grande soeur la 1800 (ou R300), et plusieurs exemples de Caterham 1600 K avec plus de 100.000 km au compteur en sont la preuve.

Caterham 1600 K Super Sport

Production : à partir de 1996
Tarif de base de l’époque : 25.560 €
Moteur : Rover 1600 K
Cylindrée : 1.588 cm3
Alésage x course : 79x80mm
Taux de compression : 10,5:1
Puissance : 135 CV à 7.000 tr/min
Couple : 156 Nm à 5.000 tr/min
Alimentation : injection électronique
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 6,0s
0 à 160 km/h : 18,3s
400 m d.a. : 14,7s
Poids : 554 kg

Contrairement à la 1400 K SS, qi était sortie 2 ans après la 1400 K, la 1600 SS (pour Super Sport), sort en même temps que la 1600 K. Par rapport à la 1600 K, la version Super Sport a un châssis plus rigoureux (BAR à l’avant et à l’arrière). Enfin, grosse nouveauté de l’année 1996 : le frein à main. Il n’est plus sous le tableau de bord mais vient sur le tunnel, en position plus « classique ».

Caterham 1600 K Superlight

Production : 1996 à 2003
Nombre de voitures produites : 196
Tarif de base de l’époque : 455 £ de plus que la 1600 SS
Moteur : Rover 1600 K
Cylindrée : 1.588 cm3
Alésage x course : 79 x 80mm
Taux de compression : 10,5:1
Puissance : 135 CV à 7.000 tr/min
Couple : 156 Nm à 5.000 tr/min
Alimentation : injection électronique
Vitesse maxi : 208 km/h
0 à 96 km/h : 4,7s
Poids : 468 kg

Basée sur la motorisation de la 1600 SuperSport, la SUPERLIGHT est la Caterham la plus légère produite à l’époque de sa sortie, d’ailleurs conçue uniquement dans ce but. Sur la liste des options figurait le poids ajouté sauf pour les sièges Kevlar qui en enlevaient 3,2 !
Avec son RPP de 286 bhp/t elle se place juste derrière la JPE en terme d’accélération.
C’est la 1° Caterham à adopter la nouvelle suspension avant à voie large.
C’est un modèle très axée piste avec ses équipements spécifiques : boîte 6, embrayage AP Racing, LSD, freins avant 10 pouces avec étriers 4 pistons, jantes 13 pouces.

Caterham 1600 Sprint

Production : 236 exemplaires de 1980 à 1997
Tarif de base de l’époque : 8.500 €
Moteur : Ford type 225E
Cylindrée : 1.598 cm3
Alésage x course : 77,6x81mm
Taux de compression : 9,0:1
Puissance : 101 CV à 6.000 tr/min puis 112 CV
Couple : 136 Nm à 4.500 tr/min, puis 142 Nm à 4.800 tr/min
Alimentation : 2 carburateurs Weber 40
Performances :
Vitesse maxi : 177 km/h
0 à 100 km/h : 6,5s
0 à 160 km/h : 22.9s
400 m d.a. : 15,0s
Poids : 594 kg

La Sprint sort en 1980. C’est une évolution de la 1600 GT qui voit son unique carburateur Weber de 32 remplacé par 2 carburateurs Weber de 40. Nouveau pont arrière également (Moris Ital), nouvelle boîte de vitesse (Ford Escort Sport), nouveaux interrupteurs de tableau de bord. En 1982, elle évolue encore et passe à 112 CV. A cette occasion apparaît l’option « long cockpit » qui est un allongement de l’emplacement pour les jambes de 5,7 cm pour le conducteur et 17,8 cm pour le passager.

Caterham 1800 K

Moteur
Rover K-Series MPI (Aluminium)
Cylindres : 4 en lignes
Refroidissement : A eau avec ventilateur électrique

Alésage & course : 80 x 89.3 mm

Cylindrée : 1796 cc

Capacité réservoir : 36 litres

Puissance Maximale (DIN) / Couple :
1800 K-Series : 122cv @ 5,700rpm / 122lb/ft @ 3,000rpm – 1800 K-Series SuperSport : 140cv @ 6,800rpm / 124lb/ft @ 5,250rpm

Performances :

Vitesse Maximale : 1800 K-Series : 190 km/h / 1800 K-Series SuperSport : 196 km/h

0-100 km/h en Secondes : 1800 K-Series : 5.8 / 1800 K-Series SuperSport : 5.3

Consommation essence litres / 100 kms : 1800 K-Series : 6.1 / 1800 K-Series SuperSport : 6.1

Caterham BDR

Production : 1983-1992 (1986-1999)
Tarif : de 21 830€ à 40 400€
Moteur : Cosworth BDR
Cylindrée : 1599 cm3 (1699 cm3)
Alimentation : 2 carburateurs Weber 40 (2 carburateurs Weber 45)
Alésage x course : 77,6 x 81 mm (77,6 x 83,5)
Puissance : 142 cv à 6500 tr/min (162 cv à 6500 tr/min)
Couple : 17 m/kg à 5 500 tr/mn (19 m/kg à 5 500 tr/mn)
Vitesse maxi : 190 km/h (193 km /h)
0 à 100 km/h : 5,5 s (5,3 s)
Poids : 547 kg

*(chiffres du 1700)

En 1983, Cosworth propose à Caterham le moteur BDR basé sur le bas moteur Ford Kent avec une culasse aluminium 16 soupapes.. D’abord proposé en 1600, la puissance annoncée est de 150 cv, révisée ensuite à 142 cv.
Le pont Dedion permet de passer la puissance et le rapport poids/puissance est proche des 300 cv à la tonne. La voiture est proposée à 265 000€ (40 400€), un tarif très élevé pour l’époque mais qui ne freinera pas les presque 150 clients.
Fort de ce succès, Caterham propose la version 1700, la puissance passe à 162 cv (170 annoncés). La boîte 5 fait son apparition ainsi qu’une évolution du châssis, 269 exemplaires seront vendus.
La Caterham BDR restera la plus puissante version proposée jusqu’à l’arrivée des blocs Vauxhall puis Rover.

Caterham C400

Production : en cours, depuis 2006
Tarif : 26 995 £
Moteur : Duratec Cosworth
Cylindrée : 1 999 cm3
Alimentation : Injection – Roller barrels
Alésage x course : 87,5 x 83,1 mm
Puissance : 225 cv à 8000 tr/min
Couple : 223 nm à 6250 tr/mn
Vitesse maxi : 230 km/h
0 à 100 km/h : 3,8 s
Poids : 525 kg

La C400 développée pour le challenge Eurocup anglais est la version piste de la Caterham R400. Motorisée par le bloc 2.0l Ford Duratec, elle bénéficie d’une préparation spécifique signée Cosworth (C pour Cosworth et 400 cv à la tonne). La puissance annoncée est de 225ch à 8000tr/min. Le moteur dispose de bielles et pistons forgés , d’une alimentation par roller barrel, d’un carter sec et d’une cartographie développée par Minister Power.
La voiture est équipée d’un châssis race, d’amortisseurs spécifiques et d’une boîte séquentielle Quaïfe depuis 2008. Dès son lancement en 2006, les acheteurs ont le choix entre une voiture complète ou un kit d conversion pour R400 permettant d’en faire une véritable bête de course.

Les C400 ne sont pas fondamentalement différentes d’une R300 ou R400 mais il y a plusieurs petites différences notables tout de même :

Niveau suspension:

Seulement les amortisseurs avant et arrière changent :

http://www.caterhamparts.co.uk/product. … oduct=2671
http://www.caterhamparts.co.uk/product. … oduct=2670

Niveau Frein:

Les freins avants sont identiques.
Les étriers arrières sont différents :

http://www.caterhamparts.co.uk/product. … oduct=2976

La différence est importante !!!
Sur les freins de route il y a un piston hydraulique à l’intérieur et un système mécanique qui tire le piston extérieur.
La puissance de freinage en toute hydraulique est beaucoup plus importante mais la purge des freins est très difficile à faire.
Exit le frein à main à câble, il faut un frein à main hydraulique…

Châssis race

Plus de renfort, c’est un châssis Arch, avec une barre démontable qui se fixe du pied de l’arceau cage coté passager jusqu’au centre devant le levier de vitesse et repart vers le coté de la voiture dans le trou de fixation de l’arceau cage.
Il y a 2 tirants de fixation de différentiel arrière.

Boîte

Boîte séquentielle Quaife.
La séquentielle n’a d’intérêt que sur le gain de temps pour changer les rapports qui sont hyper courts, on y gagne niveau chrono.

Le moteur

Cosworth
Pour la fiabilité pistons forgés, visserie interne qui va bien.
Équilibrage mobile des masses.
PB: la carto est la même pour tous les moteurs puisque le calculo est verrouillé pour la coupe. En refaisant une cartographie on gagne encore un peu, surtout en agrément.
Minister vend ses moteurs pour 220cv Mini et c’est clairement le cas lorsqu’on compare à certaines prépa « 220cv » que l’on croise sur certaine R300 française. En réalité les moteurs Minister sortent 10 à 15 cv de plus que les 220cv annoncés.

Merci à Onken

Caterham CSR 200

Production : de 2005 à fin 2009 (avec le moteur 2.3l Cosworth)
Tarif de base : 54.500 €
Moteur : Ford Cosworth
Cylindrée : 2.261 cm3 Alésage x course (mm): 87.5 x 94,0
Puissance maxi : 200 CV à 7.000 tr/min
Couple maxi : 224 Nm à 5.750 tr/min
Alimentation : Injection électronique Cosworth
Vitesse maxi : 220 km/h
0 à 100 km/h : 3,7s 400 m d.a. : 13,3s
Poids : 620 kg

En 2003, Caterham Cars se décide de fabriquer un tout nouveau modèle, et ambitionne par là même de conquérir l’Europe avec un véhicule respectant ses normes. Le tout nouveau châssis gagne 25% de rigidité, la nouvelle suspension est « in board » à l’avant, la nouvelle suspension arrière est indépendante (étude réalisée par la firme Multimatic Technical Centre Europe), le nouvel intérieur gagne un tableau de bord à double arches, le nouveau moteur, développé par Cosworth, est un Ford Duratec 2,3L de 200 CV (les Anglais auront droit à une version 260 CV). La firme Cosworth lui adjoindra des pistons forgés, de nouveaux arbres à cames, un système d’admission spécifique, ainsi qu’un collecteur d’échappement optimisé. La boîte 6 vitesses, des disques ventilés à l’avant, l’autobloquant et des triangles profilés finissent de compléter l’équipement. La nouvelle aérodynamique comprend des ailes avant profilées et un nouveau nez où le radiateur intégré, et incliné, participe à l’appui de l’auto. La sortie de la CSR inaugure également les nouveaux châssis soudés, et non plus brasés, produits chez Arch Motor.

Caterham CSR 260

Production : de 2005 à aujourd’hui (avec le moteur 2.3l Cosworth)
Tarif de base : 45.000£
Moteur : Ford Duratec Cosworth 2,3l
Cylindrée : 2.261 cm3 (138.0cu in) Alésage x course (mm): 87.5 x 94,0, 16 soupapes, double arbre à cames en tête
Compression : 12:1
Puissance maxi : 260 CV à 7.500 tr/min
Couple maxi : 271 Nm à 6.200 tr/min
Alimentation : Injection électronique (map Cosworth, boîtier MBE)
Vitesse maxi : 249 km/h
0 à 100 km/h : 3,1s
Poids : 575 kg (constructeur)
Distribution des masses : (Av-Ar): 49%-51%

En 2003, Caterham Cars se décide à fabriquer un tout nouveau modèle, et ambitionne par là même de conquérir l’Europe avec un véhicule respectant ses normes. Le tout nouveau châssis gagne 25% de rigidité, la nouvelle suspension est « in board » à l’avant, la nouvelle suspension arrière est indépendante (étude réalisée par la firme Multimatic Technical Centre Europe), le nouvel intérieur gagne un tableau de bord à double arches, le nouveau moteur, développé par Cosworth, est un Ford Duratec 2,3L de 260 CV. La firme Cosworth lui adjoindra des pistons forgés, de nouveaux arbres à cames, un système d’admission spécifique, ainsi qu’un collecteur d’échappement optimisé. La boîte 6 vitesses, des disques ventilés à l’avant, l’autobloquant et des triangles profilés finissent de compléter l’équipement. La nouvelle aérodynamique comprend des ailes avant profilées et un nouveau nez où le radiateur intégré, et incliné, participe à l’appui de l’auto.

Caterham HPC 2.0i

Production : 150 exemplaires entre 1991 et 1997
Tarif de base de l’époque : 32.000 €
Moteur : Vauxhall (Opel) type C20XE
Cylindrée : 1.998 cm3
Alésage x course : 86x86mm
Taux de compression : 10,0:1
Puissance : 167 CV à 6.000 tr/min
Couple : 224 Nm à 4.800 tr/min
Alimentation : injection Motronic
Vitesse maxi : 183 km/h
0 à 100 km/h : 5,2s
0 à 160 km/h : 15,4s
400 m d.a. : 13,8s
Poids : 640 kg
La première HPC (pour High Performance Car) était en fait la 1700 BDR optionnée (BAR arrière, LSD, sièges réglables). Le terme HPC sera repris lors de la sortie de la motorisation Vauxhall 2.0, en 1990. Il s’agissait du modèle à carburateurs, qui développait 177 CV et qui sera utilisé en France dans la « Coupe Caterham ». Le modèle injection apparaît en 1993, elle est catalysée en série, permet de passer les normes anti-pollution Européenne, et sera importée en France sous cette forme. A noter aussi que c’est ce modèle qui inaugure la nouvelle grille de calandre avec le « 7 » intégré.

Caterham JPE

Production : 53 exemplaires de 1992 à 2001
Tarif de base de l’époque : 73.000 €
Moteur : Base Vauxhall C20XE, préparé par Swindon Racing Engines
Cylindrée : 1.998 cm3
Alésage x course : 86×86 mm
Taux de compression : 12,0 à 1
Puissance : 250/260 cv à 7.750 tr/min
Couple : 252 Nm à 6.250 tr/min
Alimentation : Injection 4 papillons Alpha Weber 48
Vitesse maxi : 240 km/h
0 à 100 km/h : 3,44s
400 m d.a. : 11,9s
Poids : 530 kg
Sous la direction de Jez Coates, directeur du développement chez Caterham, avec la collaboration de l’ancien pilote de Formule 1 Jonathan Palmer, et à l’aube des nouvelles normes anti pollution de 1993, Caterham utilisa une cinquantaine de moteurs Vauxhall « en configuration 1992 » et équipant les HPC de série pour réaliser un engin qui se devait « ultime ». Jez Coates a eu carte blanche et budget illimité pour créer la JPE. Hormis son véritable moteur de course (issu du Championnat Britannique de Voitures de Tourisme), elle diffère en de nombreux points de l’HPC qui a servi de base : gros freins de Formule 3, jantes en magnésium, réservoir central, baquet en carbone/kevlar, ailes en carbone, etc. Dès sa sortie, elle s’accapara 3 records du Monde, le 0 à 100 km, 0 à 160 km/h, et 0 à 160 km/h à 0, le tout, pour ce dernier record, en reléguant la Ferrari F40 à 3 secondes derrière ! Engin extrême s’il en est, elle était vendue exclusivement accompagnée d’un stage de pilotage menée par J. Palmer lui-même. 52 heureux élus purent acquérir ce monstre, pour majeur partie au Japon car les Anglais n’avaient pas les moyens de débourser les 73.000 € nécessaires à l’époque. Seuls deux exemplaires sont immatriculés France, une jaune fluo et une alu et noir, vous les avez peut être déjà croisés…

Caterham R300 Duratec

Production : En cours, depuis 2009
Tarif de base : à partir de 30.000 GBP (en UK)
Moteur : Caterham Powertrain (CPT) Duratec
Cylindrée : 1.999 cm3 Alésage x course (mm) : 87,5 x 83,1
Puissance maxi : 175 CV à 7.000 tr/min
Couple maxi : 188.5 Nm à 6.000 tr/min
Alimentation : Injection électronique MBE
Vitesse maxi : 220 km/h
0 à 100 km/h : 4,5s 400 m d.a. : 12,4s
Poids : 515kg (châssis S3)

Après la R300 (300 CV par tonne) à moteur Rover VVC de 143/165cv, l’abandon des moteurs Rover sur la gamme Caterham a logiquement impacté la star de la gamme des Superlight. Un nouveau moteur Ford Duratec pour la nouvelle R300, avec plus de puissance, plus de couple, et un châssis plus rigide. Caterham a donc repris la recette de l’ancienne, qui en a fait son succès (c’est la Superlight la plus vendue de la gamme), en l’améliorant ! Un des meilleurs compromis, permettant d’avoir à la fois le confort d’un véhicule à « usage quotidien » (en châssis SV), mais aussi toutes les caractéristiques d’une véritable voiture de course. Cette voiture possède exactement le niveau de puissance qui vous permet de l’exploiter à son maximum en prenant vous aussi un maximum de plaisir ! Son patronyme est toutefois devenu modeste, puisque en effet, son rapport poids/puissance a été porté à 343 CV par tonne. Comme Caterham le dit si bien « elle est assurément une machine à conduire sans compromis ».

Caterham R500 Duratec

Production : 1999-2004
Tarif : de 48000 à 63000€
Moteur : Rover 1800 K Xpower
Cylindrée : 1796 cm3 (1986 cm3)
Alimentation : Roller barrel
Alésage x course : 89,3 x 80 (94×82)
Puissance : 233 cv à 8600 tr/min (253 cv à 8200 tr/min)
Couple : 21 m/kg à 7200 tr/min (24 m/kg à 6500 tr/min)
Vitesse maxi : 233 km/h (241 km/h)
0 à 100 km/h : 3,4 s (3,21 s)
400 m DA : 11,9″
Poids : 460 (470 kg)*( version Evolution entre parenthèses)

Caterham ayant cessé en 2004 la commercialisation de la R500 dotée du 1.8 Rover de 230 ch pour 460 kilos, elle revient en 2008 équipée cette fois-ci du bloc 2.0l Ford Duratec.
Cette nouvelle R500 affiche d’emblée la couleur : 263 ch à 8500 tr/min pour un couple de 249 Nm à 7200 tr/min et seulement 506 kg sur la balance, soit un rapport poids/puissance de 520 ch par tonne (1,92 kg/ch !). Caterham annonce un 0 à 96 km/h (0 à 60 mph) en seulement 2,88 secondes.
Elle est proposée avec le petit châssis S3 mais nous verrons cependant quelques exemplaires en châssis large SV. Côté équipement la R500 reçoit des amortisseurs et ressorts de marque Eibach avec plateformes réglables dérivés des Caterham C400 de course, un différentiel à glissement limité et des étriers de freins à quatre pistons à l’avant. En option, la boîte manuelle à 6 rapports peut être remplacée par une boîte séquentielle Caterham et un « launch control » est également disponible.
L’habitacle reçoit un tableau de bord carbone, un couvre tunnel et un cache bagages en carbon leather, un volant Momo extractible, une instrumentation Stack et la carrosserie s’orne des fameuses doubles stripes bien connues aujourd’hui. Le prix de base est de 36 995 livres sortie d’usine, soit 42 500 euros aujourd’hui. Malheureusement cette R500 n’est pas disponible en France avec une carte grise, elle est cependant la reine incontestée des circuits et l’une des autos les plus performantes et radicales du monde automobile.

Caterham R500 Rover

Production : depuis 2008
Tarif : 36 995 £ en 2008
Moteur : Ford Duratec
Cylindrée : 2000 cm3
Alimentation : Injection Roller Barrel
Alésage x course : 87,5 x 83,1mm
Puissance : 263 à 8 500 tr/min (101 octane)
Couple : 249 Nm à 7 200 tr/min
Vitesse maxi : 242 km/h
0 à 100 km/h (0 à 60 mph) : 2,88 s
Poids : 506 kg (bdvm) 516 kg (bdv séquentielle)
La R500 à moteur Rover 1800 K apparaît en 1999. Cette version Superlight, au sommet de la gamme Caterham, affiche une puissance de 233 cv à 8600 tr/min pour un poids annoncé de 460 kg.
Le moteur préparé par Minister Power possède des pistons forgés Cosworth, un carter sec, de nombreuses pièces en magnésium (cloche d’embrayage, roller barrels, carter etc…) ou encore un échappement spécifique en titane. D’autres pièces sont spécifiques à ce modèle comme l’arceau fabriqué dans un acier fin spécial, les jantes en magnésium, le châssis superlight, les triangles de suspensions aero plus légers pour permettre d’atteindre le poids record de 460 kg et d’afficher ainsi les fameux 500 cv à la tonne.
Le design minimaliste réduit évidemment le poids. Pas de pare-brise mais un aeroscreen et des rétroviseurs en carbone, pas de roue de secours, des ailes et un nez également en carbone. A l’intérieur un bloc d’instrumentation Stack orne le tableau de bord et les sièges baquets sont en carbone/Kevlar.
Les performances de la voiture sont époustouflantes : 3,4 s pour le 0 à 100 km/h et 233 km/h en vitesse de pointe. Malgré cela, Caterham propose en 2004 une nouvelle version, la R500 Evolution. La cylindrée passe de 1796 à 1998 cm3 et la puissance augmente de 20 cv avec 253 cv à 8200 tr/mn pour un poids de 470 kg.
La marque s’associera avec le team de Superbike britannique RIZLA-Suzuki et le pilote John Reynolds. Celui-ci fera des tours de démonstration sur chacun des 13 circuits du championnat britannique de Superbike, au volant d’une Caterham Seven Superlight R500 Evolution aux couleurs du sponsor de son équipe.

Caterham S7C

Production : 25 exemplaires entre 1995 et 2002
Tarif de base : 75/80.000 €
Moteur : Opel Calibra Turbo
Cylindrée : 1.998 cm3 Alésage x course (mm): 86 x 86
Puissance maxi : 285/290 CV à 7.200 tr/min
Couple maxi : 412 Nm
Alimentation : Injection électronique + turbo Borg-Warner avec intercooler
Vitesse maxi : 252 km/h
0 à 100 km/h : 3.4s 400 m d.a. : 13,0s
Poids : 630 kg
La Caterham S7C (officiellement Caterham S7 Compétition) succède à la Caterham 1.6 Turbo dans la production de Fredy Kumschick, célèbre préparateur Suisse et importateur Caterham. La base moteur est l’Opel Calibra 2.0L Turbo avec une pression de suralimentation portée de 0,5 à 1,1 bar et des pistons à têtes creusées. Sa finition est exemplaire (tableau de bord en peinture vermiculée noire issue du nuancier Ferrari par exemple, compartiment moteur enfin « bien rangé », châssis peint en gris métallisé), et son équipement des plus riches (autobloquant, boîte 6 renforcée, carter sec, gros freins AP Racing 4 pistons et disques rainurés, amortisseurs Koni F1, jantes spéciales). Elle dispose aussi d’améliorations sur le modèle HPC de base (Neiman placé plus haut pour ne pas buter sur le genou, tous les interrupteurs regroupés sur une petite console derrière le levier de vitesse, feux arrière ronds, diffuseur arrière, batterie renvoyée à l’arrière, etc.), et d’une aérodynamique très poussée (fond plat, diffuseur arrière, ailes affleurant les roues, triangles profilés). Elle a aussi la particularité d’avoir un interrupteur à clé permettant de rouler en mode « civil » avec un peu plus de 200 CV, ou en mode « sport » avec les 300 CV. Gage de la fiabilité de la préparation Kumschick, les 25 exemplaires produits sont toujours en circulation ! Un propriétaire dit d’elle : « c’est bien simple, entre 2 virages, il y a une rupture de l’espace temps qui fait que la sortie du précédent est en fait l’entrée du suivant, le temps écoulé entre les 2 devenant négligeable.»

Caterham VTA «Vegantune»

Production : 41 exemplaires (1981-1985)
Moteur : base Ford Kent crossflow, culasse double arbre à cames en tête
Cylindrée : 1598 cm3
Alimentation : 2 carburateurs Dellorto 40DHLA
Alésage x course : 80,96 x 77,62 mm
Taux de compression : 10.0 :1
Puissance maxi : 130 bhp (97kw) à 6 500 tr/mn
Couple : 156 Nm à 5 000 tr/mn
Vitesse maxi : 172 km/h
0 à 100 km /h : 6.2 secondes
Poids : 546 kg

Le moteur Lotus twincam se faisant rare, Caterham s’adressa à Vegantune pour la fourniture d’un moteur twincam de remplacement, les japonais étant friands de ce type de motorisation. Ce moteur prit ainsi la désignation VTA et Vegantune s’inspira du moteur Lotus twincam, du cosworth BDA et du Fiat twincam pour réaliser le VTA. Hélas, ce moteur ne se distinguait pas assez du moteur twincam lotus, avec des performances similaires et une consommation en hausse. La qualité de fabrication laissait fortement à désirer (fuites d’huile, casse d’arbres à cames, mauvais alignement des courroies et polies), les 2/3 des moteurs fournis par Vegantune durent être repris par Caterham avant le montage dans les Sevens.